Services ambulatoires
Centre de Prise en Charge des violences sexuelles – CHU de Liège

Adresse : Rue de Gaillarmont 600, 4030 Liège, Belgique
Téléphone : 04/367.93.11

Heures de permanence

24h/24h

Public / âge

Toute personne victime de violences sexuelles et l'entourage qui accompagne

Spécificités

L’entrée se fait par le service des urgences du CHU Liège : Urgences des Bruyères

Que peut offrir un centre de prise en charge des violences sexuelles ?

On peut y référer des victimes à tout moment, peu importe l’heure ou le jour. Elle recevra les soins suivants :

  • Soins médicaux : concernant blessures et lésions, des examens et traitement de toute conséquence physique, sexuelle ou reproductive.
  • Support psychologique : une première écoute mais aussi unaccompagnement psychologique par un psychologue du CPVS.
  • Enquête médico-légale : le constat de lésions, la recherche de traces biologiques du présumé auteur, la récolte de preuves qui pourraient être utilisées lorsque la personne porte plainte et fait appel à la justice.
  • Si souhaité, déposer plainte à la police, par l’intermédiaire d’un inspecteur, spécialement formé pour les faits de mœurs.
  • Suivi : médical pour les médicaments que vous prenez ou pour les lésions dont vous êtes victimes et psychologique pour vous aider à gérer l’incident.

Les soins médicaux et psychologiques sont prodigués par des professionnelles.

Les personnes de l’entourage, qui accompagnent une victime peuvent également contacter l’infirmière médico-légale pour un premier soutien, des explications ou des conseils.

Quand ?

Ce que le CPVS peut faire pour une victime dépend du délai écoulé depuis l’incident :

  • Si la violence sexuelle a eu lieu il y a moins de 72 heures, la victime peut se rendre au CPVS, téléphoner ou envoyer un mail. Elle recevra immédiatement les soins médicaux, médico-légaux et psychologiques nécessaires. Un éventuel dépôt de plainte peut se faire au CPVS auprès de l’inspecteur de mœurs de la police.
  • Si la violence sexuelle a eu lieu il y a plus de 72 heures mais moins d’un mois, vous pouvez prendre rendez-vous par téléphone ou par un mail. Les possibilités en termes de soins médicaux et psychologiques et d’enquête médico-légale seront examinées et on déterminera quels sont les meilleurs soins à vous fournir. Un rendez-vous peut être pris à la police ou au CPVS pour déposer plainte.
  • Si plus d’un mois s’est écoulé depuis l’incident, un rendez-vous vous sera fixé au CPVS. Les possibilités en termes de soins médicaux et psychologiques seront examinées et le CPVS vous orientera vers d’autres organisations capables de vous assister. Un rendez-vous à la police peut être pris pour déposer plainte.

Conseils importants pour conserver les traces après un incident de violence sexuelle :

  1. Venez immédiatement au CPVS. Sachez qu’après 72 heures, il ne reste que peu ou plus du tout de traces, utilisables pour l’enquête médico-légale.
  2. Ne prenez pas de douche, ne vous lavez pas ; même si c’est la première chose que vous avez envie de faire.
  3. Essayez de ne pas de boire ou de ne pas rincer votre bouche, s’il y a eu un contact oral.
  4. Essayez de ne pas faire pipi et si vous le faites, essayez de le récolter dans un petit pot et apportez-le au CPVS.
  5. Evitez le contact physique avec d’autres personnes.
  6. Gardez les vêtements que vous portiez pendant l’agression sexuelle ou mettez-les dans un sac en papier et apportez-les au CPVS. Pas de sac en plastique svp !
  7. Si vous avez des draps où il pourrait y avoir des traces (sperme ou autre) du présumé auteur, mettez-la également dans un sac en papier et apportez-les au CPVS.
  8. Si, après la violence sexuelle, vous vous êtes essuyé avec du papier ou autre-chose, ou si vous avez mis une serviette hygiénique dans votre culotte, mettez-les également dans un sac en papier et apportez-les au CPVS.
  9. Apportez des vêtements et des chaussures de rechange. Après l’enquête médico-légale, vous pourrez vous doucher au CPVS et mettre d’autres vêtements. (Si ce n’est pas possible, ne vous inquiétez pas. Vous recevrez d’autres vêtements au CPVS ou quelqu’un pourra vous en apporter).

Pour les personnes de soutien :

L’entourage (famille, le partenaire, les amis) peuvent envoyer un mail ou téléphoner au CPVS pour des conseils ou un support.

->Si la psychologue du CPVS décide, ensemble avec la victime qu’il serait bénéfique d’entamer une thérapie, il est possible qu’on vous implique en tant que personne de soutien. Vous pourrez à ce moment-là, également recevoir des explications par rapport à la thérapie qui sera débutée.

->Des sessions d’information sont également organisées dans chaque CPVS. Des conseils sont donnés au partenaire, parent, enfant ou ami(e), comment gérer & aller de l’avant. Pour connaître les dates des sessions d’information et s’inscrire, veuillez contacter le CPVS.

 

Un guide est à télécharger sur le site

Application destinée aux victimes de violences conjugales et aux proches

App’Elles,  permet à toute personne (potentiellement) victime d’agression dans la sphère publique ou privée :

  • d’accéder à une carte intelligente qui, en fonction de la localisation de la victime, identifie tous les services d’aides situés autour d’elle,
  • appeler les secours (101) via un bouton facilement accessible sur un smartphone,
  • de transmettre sa géolocalisation à des personnes préalablement choisies et désignées, et éventuellement déclencher une alerte permettant une mise en contact immédiate,
  • d’effectuer un enregistrement sonore de son environnement immédiat et d’avoir accès à ces enregistrements sauvegardés sur un serveur appartenant à Résonnantes en vue de servir de pièce à conviction dans le cadre d’une procédure judiciaire
Pour en savoir plus
Sortie vers google
X
- Entrez votre position -
- or -