Réagir

Que faire si… 
… vous n’aimez pas votre comportement violent ?  
… vous vous êtes juré de ne plus recommencer et cela n’a pas fonctionné ? 
… votre partenaire souffre et vous pensez qu’elle/il pourrait vous quitter ?  

1. Sortir du silence

Osez en parler !

C’est la première étape pour sortir de l’engrenage de la violence. Cela requiert du courage. L’anonymat de la Ligne peut vous y aider. Parler permet de prendre du recul et de réfléchir à « comment faire autrement ? ».

N’attendez pas que la situation s’aggrave !

Vous êtes responsable d’arrêter votre comportement violent.

2. Evitez les crises

La colère monte et s’exprime au travers d’un acte violent. Apprenez à la reconnaître et à la gérer avant qu’elle n’explose. Vous pouvez en faire autre chose.

Reconnaître la colère

Derrière la colère se cache souvent une besoin non satisfait. Tentez de l’identifier et l’exprimer sans accuser l’autre. L’autre n’est pas responsable de votre colère, ni de vos besoins non satisfaits.

Perte de contrôle ?

L’émotion semble tellement forte que la personne « pète les plombs ». On veut dire par là qu’on a perdu le contrôle.  Et pourtant, les personnes qui ont recours à la violence dans le couple vivent aussi des situations frustrantes au boulot ou avec des ami.e.s. Dans ces cas de figure, elles sont capables de gérer leur frustration : elles ne violentent pas leur responsable, leur.s collègue.s ni leurs ami.e.s

On a toujours le choix

La personne qui a recours à la violence a toujours le choix. Le choix de réagir autrement, y compris dans son couple ou sa famille. Si elle est violente à la maison, c’est qu’elle se l’autorise. La violence n’est pas une perte de contrôle mais une prise de contrôle. Le/la partenaire violent.e. l’utilise dans le but de faire plier sa compagne/son compagnon, de lui montrer qui commande.

3. Traiter le problème

Stopper les actes violents

La Ligne peut vous renseigner des services spécialisés. Sans jugement, vous y trouverez écoute et soutien. La priorité va à l’arrêt de la violence physique et à la mise en sécurité des personnes concernées. Ces services vous aideront à réduire le stress accumulé, les tensions lors des conflits et à trouver des alternatives aux actes violents.

Progresser ensemble

Les services spécialisés travaillent la plupart du temps avec des groupes. C’est l’occasion de vous rendre compte que vous n’êtes pas seul et que vous pouvez bénéficier de l’expérience des autres. C’est aussi l’opportunité d’expérimenter le fait de parler de soi dans un environnement sécurisant.

Apprendre à vivre des relations plus égalitaires

L’auteur.e a recours à la violence pour contrôler l’autre, le/la garder près de soi ou se faire respecter. Et pourtant, c’est l’inverse qui se produit : la violence éloigne et renferme l’autre dans la peur. Développer des relations hommes/femmes plus égalitaires est aussi un objectif des services spécialisés.

Relation parents-enfants

Certains auteur.e.s s’inquiètent pour leurs enfants exposés aux violences. Vous pourrez en parler et apprendre à agir sans avoir recours à de la violence.

Le plus tôt est le mieux

N’attendez pas que votre compagne/compagnon demande le divorce ou porte plainte. Souvent, les auteur.e.s attendent le dernier moment pour plusieurs raisons : peur, honte, difficulté d’en parler… Parfois, c’est le risque de ne plus voir leurs enfants qui les décide.

4. Plan d’urgence

Reconnaître les signaux d’alarme

Lorsque vous sentez la colère monter, des changements corporels se produisent : les mâchoires se crispent, les mains deviennent moites, les poings se serrent… Dès que vous ressentez ces signaux, sortez faire un tour, commencez une activité sportive, occupez-vous l’esprit…

Sortir immédiatement

Quand la colère monte, sortez immédiatement. Faites un tour pour décharger vos tensions et ne rentrez que lorsque vous êtes plus calme. Pendant ce temps, parlez-en (appelez la Ligne) et questionnez-vous : quelles émotions se cachent derrière la colère (peur, honte, tristesse, …) ?

Décharger vos tensions régulièrement

Faites du sport, bricolez, écoutez de la musique… Déchargez vos tensions régulièrement pour avoir un bas niveau de stress et ne pas exploser à la moindre frustration.

Ecrire un journal

Ecrivez dans un journal quotidiennement ce que vous faites, ce que vous ressentez. La description de l’enchaînement des faits menant à l’escalade puis à l’explosion de la violence vous permettra d’identifier les signaux d’alarme.

Sortie vers google
X
- Entrez votre position -
- or -